En 2018, la sinistralité en responsabilité civile auto était de 5,89 %, selon Assuralia. En 2010, elle s'élevait encore à 7,21 %. Autrement dit, en 2018, il y a eu 59 sinistres par 1.000 assurés en moyenne. Ou pour l'exprimer encore d'une autre manière : en 2018, environ 1 assuré sur 17 a provoqué un sinistre. En 2010, c'était 1 sur 14.

 

Cette tendance positive s'explique par une amélioration de l'infrastructure routière, les campagnes de sensibilisation et le nombre croissant d'accessoires de sécurité qui équipent les véhicules. Grâce à cette évolution favorable, les primes d'assurance automobile ont augmenté à un rythme inférieur à l'inflation au cours de ces dernières années, malgré un renchérissement des coûts de réparation des véhicules accidentés.

Un accident avec lésions corporelles coûte environ 18.000 euros

Mais ces statistiques cachent aussi une réalité plus sombre. Aujourd'hui, pour être bien assuré, il est donc plus que jamais nécessaire d'être bien conseillé.

 

Pas moins de 8 % des accidents s'accompagnent en effet de lésions corporelles. Un accident avec lésions corporelles coûte environ 18.000 euros. L'ensemble des accidents avec lésions corporelles représente 45 % des charges totales générées par les sinistres automobiles. Dans le cas d'un accident en tort, les passagers sont assurés mais le conducteur du véhicule ne l'est jamais. Le conducteur peut s'assurer contre les lésions corporelles et le décès pour quelques dizaines d’euros par mois. Il s'agit de l'assurance conducteur que vous pouvez contracter avec votre assurance auto.

 

L'assurance protection juridique n'est pas une taille unique »

Si la sinistralité diminue, les personnes impliquées dans un accident sont davantage confrontées aux affres de la justice. Les litiges se multiplient. Pensez à la recrudescence des délits de fuite (on en déplore un toutes les deux heures en Belgique), au nombre de conducteurs non assurés... Sans oublier les modifications du code de la route et de la signalisation (notamment en raison des nombreux travaux) qui créent de la confusion. Ces litiges aboutissent souvent en justice. C'est pour cette raison qu'il est essentiel de se couvrir avec une « bonne » assurance protection juridique. Le marché en propose diverses formules. Comme des assurances séparées prévoyant des garanties étendues pour tous les véhicules ou une protection juridique en guise de couverture complémentaire intégrée dans l'assurance auto. Faites-vous bien conseiller pour en souscrire une adaptée à votre situation personnelle. La protection juridique n'est en effet pas une couverture « taille unique ».

 

Dormir sur ses deux oreilles grâce à l'assurance omnium

Pour s'épargner toute mauvaise surprise, le mieux est encore de souscrire une assurance omnium. Vu le coût moyen d'une nouvelle voiture, de 25.000 à 30.000 euros, le montant des dégâts matériels provoqués par un accident, des forces de la nature ou un tiers inconnu peut grimper très vite. Heureusement, selon une étude récente, 7 Belges sur 10 contractent une assurance omnium lorsqu'ils achètent une nouvelle voiture. Mais, ici aussi, différents paramètres peuvent déterminer le tarif : la valeur à assurer, la hauteur et le type de franchise, le mode d'amortissement... Lorsque vous achetez une nouvelle voiture, ne manquez donc pas de vous adresser à votre courtier en assurances et de lui demander de plus amples informations à ce sujet.

Bien assuré sur la route ? OUF! #MerciMonCourtier

© Brocom 2020 - All Rights Reserved  || Conditions d'utilisation || Politique de confidentialité